vous êtes
britannique


Modalités de voyage

Dans le cas où un accord de retrait entrerait en vigueur, la législation régissant la circulation des personnes restera la même qu’actuellement jusqu’au 31 décembre 2020. Dans le cas où un accord de retrait n’entrerait pas en vigueur, les voyageurs britanniques auraient pu être soumis à une obligation de visa après la date de retrait. Les mesures d’urgence de l’Union européenne permettront toutefois d’exempter les voyageurs britanniques de visas de court séjour, sous réserve de réciprocité de la part du Royaume-Uni.


Vous êtes concerné si vous êtes un citoyen britannique qui souhaite voyager en France ; si vous souhaitez savoir si vous pourrez bénéficier de soins de santé médicalement nécessaires lors de votre voyage en France ; si vous souhaitez savoir si vous pourrez bénéficier de soins de santé programmés dans un établissement spécialisé en France.

Vous n’avez pas trouvé les réponses à vos questions sur cette page ? Vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : Brexit@sante.gouv.fr


  • Imprimer

questions

les plus fréquentes


  • Les citoyens britanniques devront-ils désormais se munir de leur passeport pour se rendre en France ? Sera-t-il nécessaire d'obtenir un visa pour du court ou du long séjour ?
  • Avec accord de retrait

    Jusqu’à la date du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, pour entrer et séjourner au Royaume-Uni ou en France, le voyageur doit être muni d’un passeport ou d’une carte nationale d’identité en cours de validité. A compter du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne avec accord, jusqu’au 31 décembre 2020, les conditions seront les mêmes qu’actuellement : le voyageur devra être muni d’un passeport ou d’une carte nationale d’identité en cours de validité. Aucun visa ne sera nécessaire, ni pour le court séjour, ni pour le long séjour.


    Sans accord de retrait

    A compter du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord, les citoyens britanniques seront considérés comme des ressortissants de pays tiers, et seront soumis à des contrôles plus poussés lors des passages aux frontières. En outre, le voyageur britannique devra être muni d’un passeport et devrait être exempté de visa, sur la base d’un règlement qui sera adopté au niveau de l’Union européenne avant la date de retrait, sous réserve que le Royaume-Uni accorde réciproquement une exemption de visa à tous les citoyens de l'Union européenne. Il devra disposer d’un visa de long séjour s’il souhaite séjourner plus de 90 jours.

    Des mesures sont prises par ailleurs pour assurer la fluidité des passages à la frontière.

    Pour les français se rendant au Royaume-Uni, les informations sont fournies sur le site du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.


  • Quelles sont et seront les modalités pour voyager en France ?
  • Avec accord de retrait

    Jusqu’à la date de retrait, vous pourrez entrer en France muni d’un passeport britannique en cours de validité. Aucun visa n’est nécessaire. A compter de la date de retrait, les conditions seront les mêmes qu’actuellement jusqu’au 31 décembre 2020 : vous pourrez entrer avec votre passeport britannique en cours de validité. Aucun visa ne sera nécessaire.


    Sans accord de retrait

    Jusqu’à la date de retrait, vous pourrez entrer en France muni d’un passeport britannique en cours de validité. Aucun visa n’est nécessaire. A compter de la date de retrait, vous devriez être muni de votre passeport. La question du visa n’est pas tranchée à ce stade, mais la Commission européenne a présenté le 13 novembre dernier une proposition de règlement visant à exempter les ressortissants du Royaume-Uni se rendant dans l’UE de l’obligation de visa, si le Royaume-Uni accorde réciproquement une exemption de visa à tous les citoyens de l’UE.